OUEST FRANCE,  Nantes

Bertrand Couton, commissaire-priseur, présente un collage de Chaissac. Une pièce de la succession Marc Elder, dispersée mardi à partir de 14 h.</P>

Marc Elder, prix Goncourt 1913 et conservateur du château des Ducs de Bretagne est au centre d'une vente de succession, à la salle Couton et Veyrac.

Marc Elder, prix Goncourt 1913. Élevé entre Nantes et Saint-Fiacre, Marcel Tendron (1884-1933) étudie au lycée Clemenceau avant de se rendre à Paris. Il prend le nom de plume de Marc Elder. Il obtient le Prix Goncourt en 1913 pour Le peuple de la mer, face au Grand Meaulnes d'Alain-Fournier et Du côté de chez Swann de Proust. Ce grand oublié de l'histoire littéraire a publié de très nombreux romans, tous marqués par la mer, Nantes ou la Bretagne, mais aussi des essais sur ses contemporains : Mirbeau, Romain Rolland, Monet, Renoir, dont il est proche. Renefer, Antral, Dignimont, Belot ou Creston illustrent alors ses ouvrages. Le public retrouvera tous ces peintres dans l'exposition de la vente, à la salle Couton et Veyrac.

Une vaste collection personnelle. Marc Elder est une figure locale d'importance. Sa santé fragile le contraint à quitter la trépidante vie parisienne, pour se mettre au vert à Nantes. Il est nommé conservateur du château des Ducs. Sa collection personnelle de tableaux illustre ses amitiés artistiques. On y trouve une scène bretonne du Suisse Borgeaud, des aquarelles de plage par Le Basque, ou un début de lettre illustré par Dignimont d'une scène de maison close.

L'ami de Claude Monet et de Chaissac. Fondateur de la Société des amis du musée des Beaux-arts de Nantes, Marc Elder souhaitait créer une salle de peinture moderne au Musée. Il reçut une version des Nymphéas à Giverny des mains de Monet en 1917. Dans la vente, 17 lettres de Claude Monet, datées de Giverny, illustrent ce projet. L'autre grande figure de la vente est celle de Gaston Chaissac (1889-1973), artiste majeur de l'art brut. L'exposition permet de découvrir de très beaux collages et des lettres de Chaissac, comme celle-ci, pleine de verve, adressée à un poète de La Roche-sur-Yon : « Je conseille vivement aux paysans vendéens de peindre des tableaux pour les vendre aux Américains et devenir enfin propriétaires de leurs terres. »

Une belle collection régionale. On trouvera aussi dans la centaine de tableaux exposés, un convoi de prisonniers vendéens par Le Blant, des projets de menus publicitaires de LU, un moulin breton de la presqu'île guérandaise par Maxime Mauffra. Nombre d'artistes nantais sont présents, tels Edmond Bertreux, René Pinard, Jean-Emile Laboureur, Picou, Lepère, Goulet, Billecocq, Éric Cabanas. Pour couronner le tout, quelques diamants de taille respectable et un collier en or rose.

Pour les petites bourses. Comme pour la vente Gracq, la succession Elder compte aussi des lots à la portée des petits budgets : gravures sur bois et lithographies de Nantes par cartons, gros stocks d'illustrations (notamment des épreuves d'artistes de Renefer pour illustrer Le peuple de la mer). À partir de 30 €.

Exposition gratuite le samedi 28 mars, de 9 h à 12 h et de 14 h à 18 h ; le dimanche 29 mars, de 15 h à 18 h ; le lundi 30 mars, de 9 h à 12 h et de 14 h à 18 h ; le mardi 31 mars, de 9 h à 11 h. Pour les bijoux, le mercredi 1 er avril, de 9 h à 11 h.

Vente Marc Elder (391 lots). Hôtel des ventes Couton & Veyrac, 8-10, rue de Miséricorde à Nantes (tél. 02 40 89 24 44). Le mardi 31 mars à 14 h.