OUEST FRANCE, Pays de la Loire par Isabelle LABARRE

Franck Dubray.
Une édition originale du « Rivage des Syrtes » a été adjugée 37 000 €. : Franck Dubray.

         

Les enchères ont atteint des sommets, hier, lors de la vente des souvenirs de l'écrivain. Des biens ont été préemptés pour Nantes et Saint-Florent.

« J'aurais aimé acheter une édition originale de Prose pour l'étrangère, une oeuvre hors commerce, estimée à 200 €. Mais les prix sont montés tellement vite ! » Anne, enseignante dans un lycée de Quimper, « Gracquienne jusqu'au fond de l'âme », est repartie à la fois déçue et très impressionnée par la vente des biens de l'écrivain. « Un peu triste aussi, cette dispersion. On a l'impression de participer à une opération de sauvetage. »

Une opération à la hauteur de l'oeuvre, « qui marquera ma vie de commissaire-priseur » se félicite Me Henri Veyrac. Pour un montant global d'environ 800 000 €, les enchères se sont littéralement envolées, hier, sur les livres et la correspondance de l'écrivain. Comme prévu, les lettres d'André Breton atteignent des sommets, adjugées à 75 000 €, préemptées par la bibliothèque Jacques-Doucet (Institut national d'histoire de l'art à Paris).

L'ensemble des lettres de René Magritte, avec dessins originaux, partent pour un total de plus de 130 000 €, achetées notamment par des collectionneurs de Londres et de Belgique. Des éditions originales du Rivage des Syrtes et d'Un beau ténébreux sont acquises respectivement pour 37 000 et 20 000 euros. Qui dit mieux ?

Dans la salle bondée de l'hôtel des ventes, le public retient son souffle et guette les hochements de têtes discrets des enchérisseurs. Collectionneurs, libraires, lecteurs argentés... et institutions qui, par le biais du droit de préemption, ont très souvent raflé la mise.

Mandatée par l'État pour le compte de la Ville de Nantes, Agnès Marcetteau, directrice de la Bibliothèque de Nantes, revient avec les trésors escomptés. Dont les ouvrages de Breton dédicacés à Gracq pour la médiathèque et le livret scolaire de l'écrivain pour le musée du Château des ducs de Bretagne. « C'est une suite logique de la vente Breton, au cours de laquelle nous avions acquis les livres de Gracq dédicacés à Breton. Cela nous aidera à la préparation d'une exposition sur le surréalisme en 2009. »

De la même façon, des lettres d'écrivains et de critiques reviendront à la Bibliothèque d'Angers et le portrait de Gracq par Veillé, le bureau et le fauteuil club à la ville de Saint-Florent-le-Vieil.