ACTUALITTE, par Cecile Mazin

Vente aux enchères record pour la province.

La vente aux enchères qui se déroulait hier à Nantes aura bel et bien atteint des records et l'héritage de Julien Gracq est désormais épars entre collectionneurs et amateurs éclairés.

Au menu, les lettres échangées avec le pape du surréalisme, adjugées pour 75.000 €, plus de deux fois la valeur estimée de ces 35 courriers et cartes postales, envoyés entre 1939 et 1966. Une pièce fortement réclamée, puisque c'est finalement la bibliothèque Jacques Doucet de Paris, qui aura exercé son droit de préemption pour la souffler à l'acheteur anonyme qui l'avait remportée par téléphone.

L'État avait en effet apposé cette condition sur plusieurs des 70 pièces présentées. Entre autres curiosités, on aura pu se battre pour la lettre que Colette avait signée et signifiant à Julien Gracq sa victoire pour le Goncourt, qu'il aura finalement refusé, pour son livre, paru en 1951, Le rivage des Syrtes. Montant : 21.000 €. Et celles de Magritte, contenant des dessins originaux ? 132.000 €.

Montant total des enchères : 900.000 € de ventes, incluant profits et frais, une somme record annonce-t-on pour une vente en Province. Les manuscrits cédés à la Bibliothèque nationale de France n'ont pas fait d'apparition suprise...