04_004470Hyacinthe RIGAUD naît à Perpignan dans une famille de drapier en 1659. Sa mère remarque ses bonnes dispositions au dessin et l’envoie en 1671 étudier à Montpellier où il fréquente différents ateliers. Puis il étudie à Lyon où il se lie d’amitié avec les AUDRAN, collaborateur et graveur de LE BRUN. Il arrive à Paris en 1681 recommandé par les DE TROY et travaille avec LARGILLIERE. Il s’impose d’emblé comme la référence absolue en matière de ressemblance et reçois le grand prix de l’Académie en 1682. Charles LE BRUN craint en lui un concurrent sérieux comme peintre d’histoire et l’incite à ne pas partir à Rome afin de se concentrer sur le portrait, genre mineur mais infiniment plus lucratif à Paris.

Rigaud accepte. Il est reçu à l’académie en 1685 comme peintre d’histoire mais ne livre son morceau de réception qu’en… 1742 ! un an avant sa mort, fait unique. Il sera directeur de cette institution en 1733. Ses portraits sont parmi les plus appréciés. Grand bourgeois, personnes d’église, la cour… Tous arborent les mêmes lèvres fermées dans un sourire énigmatique. Il peint la famille royale à partir de 1688 avec un portrait de Monsieur, frère du roi. Après le succès du tableau de Louis XIV en costume royal en 1702, il peint quatre générations de la famille, les princes de sang et d’autres puissants. Travaillant en atelier, il a produit plusieurs centaines de tableaux, que vous aurez sûrement le bonheur de retrouver au cours de votre carrière dans le marché de l’art. Ainsi un portrait de Rigaud, Laurent Mazade (1731) a été adjugé à Cheverny pour la somme de 1.552.000 FF en 1999.

La patte de RIGAUD se trouve dans sa grande ressemblance avec la nature, son don pour animer les étoffes et les rendre plus réelle que réelle. Il est connu pour avoir introduit en France la peinture du Nord, avec sa sensibilité et ses effets de lumière. RIGAUD était un grand collectionneur. Il possédait chez lui sept REMBRANDT, quatre RUBENS et avait copié de nombreux VAN DICK entre autre. Grand amateur de peinture il achetait beaucoup pour d’autres, qui se fiaient largement à ses conseils. Lorsqu’il meurt en 1743 à Paris, il est un peintre reconnu, copié et apprécié dans toute l’Europe. Il est celui par qui le portrait est sortit du genre mineur dans lequel il était confiné et qui a su insuffler en France l’esprit hollandais d’un VAN DIYCK à un art jusque là marqué par le baroque italien.

J’aimerai au cours de cet exposé montrer l’esprit ré-novateur de Rigaud avec ce portrait d’apparat qui se situe à la charnière des 17e et 18e siècle, mais aussi traiter quelques caractéristiques du portrait en France à cette époque, à partir de l’exemple de ce peintre.

Télécharger l'exposé : Louis_14_en_costume_royal___Hyacinthe_RIGAUD