AUTOUR D’UNE GUERRE 

l’Irak depuis la Syrie

Nouvelles de Damas

par AYMERIC ROUILLAC

premier semestre 2003

Aux fous de Quamarieh, et à  mes amis arabes.

A Cécile.

En témoignage de nos promesses, du temps passé et à venir,

en souvenir de nos échanges, un jalon pour demain.

Ni carnet de voyage, ni réflexion froide, ce recueil de Nouvelles de Damas est directement inspiré des mels collectifs que j’envoyai à mes amis à l’occasion d’un stage Sciences-po au service de presse de l’Ambassade de France à Damas. Les blogs n'existaient pas encore. J’avais 23 ans, déjà un peu voyagé, mais pour la première fois je me trouvais à coté de l’œil du cyclone. Dans la situation de l’observateur privilégié, mais aussi tenté par le plongeon, et le grand bond à Bagdad. Ces courriers collectifs tournent donc autour de la guerre en Irak. Ils invitent le lecteur à un voyage dans le temps et dans l’espace.

C’est une invitation à revivre les mois agités du printemps 2003, à découvrir des franges de la culture syrienne, à participer à des bastons lors de manifestations contre la guerre… Le lecteur traversera l’Irak d’après-guerre du nord au sud, entrera dans les arcanes de la politique moyen-orientale, se déshabillera pour un massage au hammam, draguera dans l’une des villes les plus anciennes de l’histoire de l’humanité : la capitale de l’empire Omeyyade. Il s’y perdra, y trouvera son chemin, des questions, des ébauches de réponses… C’est une approche du regard de l’Autre, de l’Ami, de l’Arabe.

Il n’y a pas de conseil de lecture particulier, et il n’est pas interdit de commencer par la fin, ni de finir par le commencement. Le recueil est conçu en trois temps : avant, pendant, après. Les nouvelles autour de la guerre sont classées dans un ordre chronologique, et parsemées de mels qui pourront sembler plus légers. Le style s’en ressent aussi : langue épistolaire parlée du courrier électronique et registre plus construit de l’analyse se partagent la vedette et les pages.

Prenez ce qu’il vous plaira, dans le sens qui vous plaira, comme il vous plaira.